Olivier Messiaen

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

olivier messiaen

Message  yana le Ven 16 Avr - 11:14

D'accord Dominique mais pourquoi les vieilles chouettes? J'adore ces animaux. L'été j'en ai deux dans le jardin qui chantent. Un régal. La Vioque où vois-tu de la beauté dans le porno. Shocked
avatar
yana

Messages : 289
Points : 390
Réputation : 23
Date d'inscription : 22/02/2010
Age : 85
Localisation : au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Olivier Messiaen

Message  Rafaella le Ven 16 Avr - 12:02

yana a écrit:Ce n'est pas complètement abstrait et j'aurai préfèré car je les trouve carrément hideuses. Je suis désolée mais ce n'est pas ma conception de la beauté. Shocked
Je ne crois pas que ce soit fait pour être beau non plus... Lulu non plus, ce n'est pas beau, Wozzeck non plus, ce n'est pas beau, et pourtant, qu'est-ce que c'est beau !!! Ce qui me ramène à une phrase des Faux monnayeurs dans laquelle un des personnages constate que l'histoire de la musique récente consiste à rendre beaux des accords que l'on pensait laids jusqu'ici. A moins que ce ne soit pas dans Les faux monnayeurs...
avatar
Rafaella

Messages : 1775
Points : 2140
Réputation : 174
Date d'inscription : 06/04/2009
Age : 74
Localisation : Raiuno, Canalsat, Mediaset

Revenir en haut Aller en bas

Re: Olivier Messiaen

Message  Rafaella le Ven 16 Avr - 12:03

yana a écrit:D'accord Dominique mais pourquoi les vieilles chouettes? J'adore ces animaux. L'été j'en ai deux dans le jardin qui chantent. Un régal. La Vioque où vois-tu de la beauté dans le porno. Shocked
Vu récemment un documentaire sur le féminisme punk post-porno... J'ai pas vraiment compris de quoi il s'agissait, à part que ça consiste à dire merde aux codes et à faire des performances trash et moches.
avatar
Rafaella

Messages : 1775
Points : 2140
Réputation : 174
Date d'inscription : 06/04/2009
Age : 74
Localisation : Raiuno, Canalsat, Mediaset

Revenir en haut Aller en bas

Re: Olivier Messiaen

Message  La Vioque le Ven 16 Avr - 13:56

yana a écrit:. La Vioque où vois-tu de la beauté dans le porno. Shocked

Aucune beauté dans le porno, c'est juste un mauvais jeu de mots par rapport aux propos de Dominique : "j'oeuvre dans le x"... Very Happy
avatar
La Vioque

Messages : 1313
Points : 1533
Réputation : 142
Date d'inscription : 06/04/2009
Age : 64
Localisation : Région parisienne

Revenir en haut Aller en bas

Olivier Messiaen

Message  yana le Ven 16 Avr - 15:12

Raf, tu as sans doute raison dans ton approche, la mienne est différente. Je pense que les artistes ne travaillent pas pour faire du beau. Ils expriment seulement ce qu'ils voient, ressentent. Le spectateur reçoit le résultat avec sa sensibilité et c'est là que tout se joue. Chacun est unique, tu imagines le nombre infini que cela représente. Je n'aime pas les demoisellles mais Guernica me touche pronfondèment et il est plus abstrait. Voilà ma façon de réagir. Elle vaut ce qu'elle vaut, mais je ne m'infligerai pas l'audition ou la vision de quelque chose qui n'éveille aucune émotion en moi, sinon de constater la laideur de l'oeuvre. No
avatar
yana

Messages : 289
Points : 390
Réputation : 23
Date d'inscription : 22/02/2010
Age : 85
Localisation : au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Okivier Messiaen

Message  yana le Ven 16 Avr - 15:33

Bonjour La Vioque. C'est comme cela que je l'avais compris. Ma réponse était une tentative dhumour. Raté. Embarassed
avatar
yana

Messages : 289
Points : 390
Réputation : 23
Date d'inscription : 22/02/2010
Age : 85
Localisation : au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Olivier Messiaen

Message  Rafaella le Ven 16 Avr - 15:35

yana a écrit:Raf, tu as sans doute raison dans ton approche, la mienne est différente. Je pense que les artistes ne travaillent pas pour faire du beau. Ils expriment seulement ce qu'ils voient, ressentent. Le spectateur reçoit le résultat avec sa sensibilité et c'est là que tout se joue. Chacun est unique, tu imagines le nombre infini que cela représente. Je n'aime pas les demoisellles mais Guernica me touche pronfondèment et il est plus abstrait. Voilà ma façon de réagir. Elle vaut ce qu'elle vaut, mais je ne m'infligerai pas l'audition ou la vision de quelque chose qui n'éveille aucune émotion en moi, sinon de constater la laideur de l'oeuvre. No
Je suis tout à fait d'accord et c'est pour ça que Messiaen, pour moi, plus jamais !!!
Bon, si un jour on donne le Saint François d'Assise avec une distribution de folie et un grand chef, j'irai, pensez-vous !!!
avatar
Rafaella

Messages : 1775
Points : 2140
Réputation : 174
Date d'inscription : 06/04/2009
Age : 74
Localisation : Raiuno, Canalsat, Mediaset

Revenir en haut Aller en bas

Re: Olivier Messiaen

Message  Rafaella le Ven 16 Avr - 15:35

Alcina a écrit:Sinon, merci pour le CR et pour t'être dévouée. Imagine, ça aurait pu être pire : son Saint-François d'Assise dure 7 heures... Twisted Evil
ET ça ne valait pas un petit plussain ? Embarassed
avatar
Rafaella

Messages : 1775
Points : 2140
Réputation : 174
Date d'inscription : 06/04/2009
Age : 74
Localisation : Raiuno, Canalsat, Mediaset

Revenir en haut Aller en bas

Re: Olivier Messiaen

Message  Invité le Ven 16 Avr - 17:05

Rafaella a écrit:
Alcina a écrit:Sinon, merci pour le CR et pour t'être dévouée. Imagine, ça aurait pu être pire : son Saint-François d'Assise dure 7 heures... Twisted Evil
ET ça ne valait pas un petit plussain ? Embarassed
Et hop! c'est moi qui te l'envoie! Depuis un moment je voulais intervenir dans ce fil ! ta phrase:
""Et ce que je ne supporte pas dans la musique contemporaine : l'utilisation systématique du xylophone et du carillon/gong/tambourin, à croire que s'ils ne casent pas du xylophone/gong.tambourin (ce qui est génial c'est qu'on devine à chaque fois quand on va avoir droit à un coup de xylophone/gong/tambourin)""
je peux en écrire selon mes goûts, l'inverse, en changeant seulement 'ce que j'adore' simplement parce que je trouve que ces sonorités prévisibles ainsi que décapantes ouvrent largement les bondes émotionnelles car les coup d'archets à la Verdi sont tout aussi prévisibles et parfois très ennuyeux et sirupeux; quant aux traitement des cuivres dans l'opéra romantique, souvent, l'élégance est de sortie. Pour dire que les critères du beau versus laid sont particuliers à chacun et dictés par l'époque. Après Stravinsky et son Sacre ( quel choc quand j'ai entendu cela en live à Avignon,.... avant -hier...!) il y a place pour Boulez même si ...Et les guerres ont radicalement tout changé avec leurs lots d'horreurs dans ce qui a construit l'art contemporain. Je crois que j'aime Messiaen et aimerais encore mieux connaître. Pour les Demoiselles d'Avygnon, ce que j'en sais: La rue de Barcelone qui a donné son nom à ce tableau était célèbre pour ces dames de la rue, vivant de leurs charmes. j'ai toujours pensé que cette laideur était d'une insigne beauté avantgardiste de la part de Picasso envers 'ces dames'. Il y a plus d'implication pour moi dans la musique contemporaine lorsque je l'écoute en concert ou ballet, comme Siddartha à Bastille. L'ensemble intercontemporain me fascine, ce que Mantovani à écrit pour la clarinette est renversant pour moi. Le peu que je puisse connaître de l'opéra contemporain en live là aussi m'interpelle énormément , et j'irai plus volontiers écouter un Faust de Dusapin qu'un Faust de Gounod vu je ne sais combien de fois au fil de ma vie. Seulement voilà les créations sont rares et ne rentrent que rarement aussi dans le répertoire des maisons d'opéra de province. http://en.wikipedia.org/wiki/Les_Demoiselles_d%27Avignon

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Olivier Messiaen

Message  Alcina le Sam 17 Avr - 11:30

Rafaella a écrit:
yana a écrit:Ce n'est pas complètement abstrait et j'aurai préfèré car je les trouve carrément hideuses. Je suis désolée mais ce n'est pas ma conception de la beauté. Shocked
Je ne crois pas que ce soit fait pour être beau non plus... Lulu non plus, ce n'est pas beau, Wozzeck non plus, ce n'est pas beau, et pourtant, qu'est-ce que c'est beau !!! Ce qui me ramène à une phrase des Faux monnayeurs dans laquelle un des personnages constate que l'histoire de la musique récente consiste à rendre beaux des accords que l'on pensait laids jusqu'ici. A moins que ce ne soit pas dans Les faux monnayeurs...

Raf, tu m'ôtes les mots du clavier +1
"Tu m'as donné ta boue, et j'en ai fait de l'or", comme dirait le grand Charles (pas le général, le vrai grand Charles !)
avatar
Alcina

Messages : 1206
Points : 1464
Réputation : 133
Date d'inscription : 06/04/2009
Age : 34
Localisation : The land where corals lie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Olivier Messiaen

Message  Alcina le Sam 17 Avr - 11:34

Rafaella a écrit:
Alcina a écrit:Sinon, merci pour le CR et pour t'être dévouée. Imagine, ça aurait pu être pire : son Saint-François d'Assise dure 7 heures... Twisted Evil
ET ça ne valait pas un petit plussain ? Embarassed

C'est vilain de réclamer, mais je suis bonne fille...
avatar
Alcina

Messages : 1206
Points : 1464
Réputation : 133
Date d'inscription : 06/04/2009
Age : 34
Localisation : The land where corals lie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Olivier Messiaen

Message  Rafaella le Sam 17 Avr - 13:08

Alcina a écrit:
Rafaella a écrit:
yana a écrit:Ce n'est pas complètement abstrait et j'aurai préfèré car je les trouve carrément hideuses. Je suis désolée mais ce n'est pas ma conception de la beauté. Shocked
Je ne crois pas que ce soit fait pour être beau non plus... Lulu non plus, ce n'est pas beau, Wozzeck non plus, ce n'est pas beau, et pourtant, qu'est-ce que c'est beau !!! Ce qui me ramène à une phrase des Faux monnayeurs dans laquelle un des personnages constate que l'histoire de la musique récente consiste à rendre beaux des accords que l'on pensait laids jusqu'ici. A moins que ce ne soit pas dans Les faux monnayeurs...

Raf, tu m'ôtes les mots du clavier +1
"Tu m'as donné ta boue, et j'en ai fait de l'or", comme dirait le grand Charles (pas le général, le vrai grand Charles !)
Aznavour ?
avatar
Rafaella

Messages : 1775
Points : 2140
Réputation : 174
Date d'inscription : 06/04/2009
Age : 74
Localisation : Raiuno, Canalsat, Mediaset

Revenir en haut Aller en bas

Re: Olivier Messiaen

Message  Zac le Ven 23 Avr - 13:42

Tout le monde n' a pas le même avis :

Trois œuvres à l'affiche de ce concert dirigé par Pierre Boulez, à la tête
d'un Orchestre de l'Opéra national de Paris affirmant une forme olympi-que ; trois œuvres composées par Olivier Messiaen en des périodes
bien distinctes de son parcours. Ainsi la soirée est-elle ouverte par Chronochromie, réponse du musicien à la commande des Donaueschin-ger Musiktage où elle sera donnée pour la première fois sous la battue
de Hans Rosbaud, en octobre 1960. "La couleur sert à manifester les découpages du temps", fit imprimer Messiaen lui-même dans la préface
de la partition. Et, quand bien même percussions à claviers et vents y contrepointent subtilement d'obsessives scansions de cordes, ici point
de piano qui ferait se rejoindre les timbres - et c'est assez notable chez un créateur qui l'intègre systématiquement à son orchestre depuis vingt-sept ans, de même qu'il ne saurait être indifférent à ses alliages et oppositions qu'il convoque pour la première fois le marimba. Dans cette sorte de suite dont la logique prend modèle sur le chœur de la tragédie grecque (jus-qu'en ses titres), Boulez nous fait immédiatement entrer par l'impératif
d'une lecture tout à la fois mordante et aérée, très précisément respirée, profitant généreusement de jeux de timbres parfois précieux. Moins complexe, la forêt vierge d'accords de Strophe 1 se révèle dans ce qu'on pourrait appeler le paysage que peignent les percussions, les équilibres
se trouvant ce soir soigneusement magnifiés. Si les chants d'oiseaux, si chers à Messiaen, étaient déjà présents dans ces deux mouvements,
ils frappent l'écoute dans l'Antistrophe ; mais c'est surtout de l'exécution magistrale des cuivres dont on se souviendra. A partir de là, l'auditeur a
fait connaissance avec les matériaux de la pièce ; il goûtera d'autant plus aisément les triturations que le compositeur leur fait subir dans les quatre épisodes à venir. L'usage des chants d'oiseaux se radicalise, proliférant bientôt jusqu'au phantasme (le savant s'était emparé du naturel ; voilà qu'il l'invente au-delà de lui-même). Au long phrasé conclusif de l'Antistrophe 2, proche des œuvres de la dernière période, succèdent l'éveil chambriste
des cordes de l'Epode, redoutable entrelacs rythmique dont Boulez transmet l'étonnante liberté en toute simplicité, puis la relative décons-truction de l'Introduction, soit une Coda en manière d'énergique final.

Cinq années passent qui donnent le jour aux Sept Haïkaïs (d'ailleurs
créés à Paris par Pierre Boulez et son Domaine Musical, en octobre 1963), à Couleurs de la Cité Céleste (encore créé par Boulez et son ensemble,
un an plus tard, aux Donaueschinger Musiktage) et à Et exspecto resurrec-tionem mortuorum, sorte de Requiem commandé par l'Etat à la mémoire des défunts des guerres de 14 et de 39, qui connaîtra quasiment trois premières : l'une ultra privée devant un public d'officiels le 17 mai 1965,
à onze heures du matin, en la Sainte Chapelle, par Serge Baudo ; l'autre publique mais tout autant officielle, puisqu'en présence du Président de Gaulle, en la cathédrale de Chartres, quelques jours après ; la vraie, enfin,
à l'Odéon, en janvier 1966, sous la direction de Boulez. Quelques dix-huit bois et seize cuivres se trouvent ici associés aux percussions métalliques distribuées à six musiciens, un effectif qui, indéniablement, prend en charge la destination particulière de l'œuvre, soit son exécution en extérieur ou dans des églises ; mais aussi un effectif symbolique portant haut son souffle. Ecoutons ces mots de Philippe Olivier :

" …notre compositeur n'écrivit aucun Requiem […]. Il ne se permit pas non plus, comme Fauré en train d'écrire son Requiem, de modifier légèrement certaine phrases du Missel. Notre homme était, notamment avec Les
Corps Glorieux, Et exspecto resurrectionem mortuorum, La ville d'en haut
et Eclairs sur l'au-delà, animé par une autre perspective. Celle de l'éternité. […] La vie éternelle et la Résurrection sont étroitement imbriquées. Chaque fois que l'on récite le Credo, […] on y proclame l'attente de la Résurrection des morts : Et exspecto resurrectionem mortuorum est l'une des dernières phrases de cette prière " (in Messiaen ou la lumière, Hermann Editeurs, 2008).

Pierre Boulez ciselle l'extrême diversité de couleurs de Des profondeurs
de l'abime où il engage l'orchestre dans un forte puissant. Dès l'abord, l'interprétation s'impose, sans pour autant sacrifier au rituel. Tout en se jouant parfaitement des nombreuses embûches rythmiques de Le Christ, ressuscité des morts, il réalise comme aucun les échos, relais et répons
de timbres. Relief, profondeur et contraste, dans la lumière des cloches-tubes, dessinent L'heure vient où les morts entendront, tandis que le
plain-chant d'Ils ressusciteront, glorieux survole souverainement l'obsti-nation des tams, oscillant bientôt à vent perdu, pour ainsi dire (effet
inspiré du tremblant-fort de l'orgue ?...). Geste compositionnel ample,
d'un souffle inépuisable, l'ultime choral, Et j'entendis la voix d'une foule immense, force l'admiration.

Après l'entracte, le programme fait un bon en arrière, offrant Poèmes pour
Mi dans sa version pour soprano et orchestre de 1937. Dans cette œuvre assez évidemment héritière de Dukas et de Debussy, Messiaen (qui a
vingt-neuf ans) est loin, encore, de la facture que nous venons de goûter - bien que son Epouvante annonce les coups frappés à la porte du couvent par l'Ange de Saint-François d'Assise (1983). Aussi Pierre Boulez s'ingé- nie-t-il à en faire sonner les alliages orchestraux le plus sensuellement
qui soit, dans une inflexion d'une grande souplesse. Tendresse des bois
et suavité des cordes n'entravent pas, loin s'en faut, la tonicité de sa lecture. Toutefois, le plaisir est moins grand, car, si Melanie Diener possède incon-testablement un format vocal généreux, comme nombre de ses prestations ont su en aviser notre oreille, le copieux orchestre de Messiaen, malgré l'attention du chef aux équilibres, malmène la chanteuse. De fait, c'est
un constat qui se répète, et il n'y a guère qu'au disque que ces dames
viennent à bout de cette page.

Une grande soirée de musique, tout de même.

Bertrand Bolognesi
avatar
Zac
Administrateur

Messages : 2999
Points : 3521
Réputation : 232
Date d'inscription : 06/04/2009
Age : 49
Localisation : in the middle of the night

Revenir en haut Aller en bas

Re: Olivier Messiaen

Message  Rafaella le Ven 23 Avr - 15:56

Oh mais je n'ai rien à dire sur la qualité de l'exécution ! Et si même par Boulez avec un orchestre effectivement en grand forme, je trouve ça hideux, je sais que je suis perdue pour la cause... Embarassed
avatar
Rafaella

Messages : 1775
Points : 2140
Réputation : 174
Date d'inscription : 06/04/2009
Age : 74
Localisation : Raiuno, Canalsat, Mediaset

Revenir en haut Aller en bas

Olivier Messiaen

Message  yana le Ven 23 Avr - 17:50

Si cela te réconforte je suis dans la même situation que toi, totalement allergique. Mad
avatar
yana

Messages : 289
Points : 390
Réputation : 23
Date d'inscription : 22/02/2010
Age : 85
Localisation : au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Olivier Messiaen

Message  Dominique le Ven 23 Avr - 19:31

Z'en faites pas, moi aussi ! Je donne tout Messiaen pour un seul concerto pour hautbois baroque Razz
avatar
Dominique

Messages : 236
Points : 285
Réputation : 41
Date d'inscription : 16/11/2009
Age : 58
Localisation : Lyon

http://www.lepapillonensalopette.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Olivier Messiaen

Message  yana le Ven 23 Avr - 20:04

Domi je te suis dans cette voie. Vive le baroque. cheers
avatar
yana

Messages : 289
Points : 390
Réputation : 23
Date d'inscription : 22/02/2010
Age : 85
Localisation : au soleil

Revenir en haut Aller en bas

Re: Olivier Messiaen

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum